Dessinatrice et sérigraphe

Nature

L’observation

Le dessin pour moi c’est de l’observation en tout premier lieu. Cette observation doit me permettre de comprendre les différences, de les interpréter et de les simplifier pour pouvoir les transmettre. Je peux quand ce n’est pas l’objet du dessin, dessiner des feuilles d’arbres, de façon basique, avec un ovale pointu à un ou ses deux bouts. Mais selon l’espèce, la distribution des feuilles le long du tronc, les grappes de feuilles, leurs forment, tout s’organisent différemment.

Mes voyages dans différents pays et continents du globe sont dans ce cadre une source d’inspiration énorme. Selon le climat et la géographie, la végétation parmi le reste, change. Parmi tous, c’est sûrement celui on Nouvelle-Calédonie qui reste le plus marquant. parce que j’y suis restée 4 mois et surtout parce que le rapport à la nature y est très marqué. Là-bas certains arbres sont sacrés, certains territoires aussi. Une des derniers forêt primaires (forêt non touchée par l’homme) y subsiste encore. Et la végétation y est quasiment onirique tellement elle est impressionnante, grandiose et luxuriante. J’ai du coup beaucoup dessiné là-bas.

L’intangible

Mais la nature, comme l’humain, n’est pas que dans le physique. C’est un organisme vivant, qui respire, se développe, bouge. Pourtant l’image vient fixer ce mouvement. À ce moment là c’est dans une interprétation sensible que vient se nicher tout ce qui n’est pas consciemment visible.

L’interprétation

Après l’observation, du physique, de l’intangible, du mouvement, de la couleur, vient l’interprétation. Parce que je suis dessinatrice pour créer, inventer. Je ne suis pas une machine et après c’est ma liberté qui prends le relais. La liberté de distribuer les feuilles à ma guise, d’allonger le tronc, de le creuser et de ciseler le feuillage. Arrive du coup toute une production végétale, qui est le produit du joyeux mélange de toutes mes observations. Rien ne se crée, tout se transforme !

Mon rapport dessiné à la nature est du coup très large. Il va d’une reproduction assez respectueuse à une version complètement libre. C’est dans ce va et vient que vient se nicher ma vision de ce monde, à la fois permanent et changeant.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *